Actualite du Jour

25 MAI 2013

Evolution du systeme international et gestion des conflits en Afrique


La formation sur l’évolution du système international et la gestion des conflits en Afrique fait partie d’un large programme de renforcement des capacités appuyé par une Coopération institutionnelle entre VLIR-UOS/MIDA et trois universités de la Région des Grands lacs dont l’Université de Butare, l’Université du Burundi et l’Université Catholique de Bukavu à travers leurs centres de recherche.Retour ligne manuel
Au compte de l’Université Catholique de Bukavu, le Centre d’Etude et de Formation sur la Gestion et la prévention des Conflits dans la Région des Grands Lacs (CEGEC) ainsi que le Centre d’Expertise en Gestion Minière(CEGEMI) ont pris part à ces assises de Bujumbura. Animée Monsieur Innocent Bino, Doctorant en Sciences politiques à la Vrije Universiteit Brussel, cette formation a intéressé bien des chercheurs issus des universités et des associations de la société civile burundaises.Retour ligne manuel
En introduisant les objectifs de la formation, le formateur a tenu à relever que, chaque fois que survient un changement, celui-ci est généralement suivi des chocs. Et pour y faire face, les humains ont avantage à relire et interroger l’histoire afin de mieux comprendre les événements qui leur arrivent. Les conflits font partie de ces changements qu’on ne peut approcher sans faire allusion au système international qui est toujours évolutif.Retour ligne manuel

L’Afrique et ses différents peuples ne sont pas isolés ou coupés du reste du monde. Ils font face à des conflits incessants qui par ailleurs constituent des défis énormes. Certes, la colonisation a presque toujours servi de prétexte pour justifier presque toutes les calamités qui arrivent aux Africains. Mais, à elle seule, cette colonisation ne peut plus justifier tous les malaises qui surviennent en Afrique. Ainsi, la compréhension et la résolution des conflits africains requièrent un regard rétrospectif et approfondi sur les interactions entre les Etats africains et le système international dans une perspective purement anthropologique.

Car, à n’en point douter, l’être humain est un animal conflictuel. Il n’est pas uniquement en conflit avec lui-même, avec ses semblables mais aussi avec d’autres êtres qui l’entourent, à savoir les animaux, les plantes, et bien d’autres êtres, matériels ou immatériels. Inscrit dans un environnement ou espace donné, il est par ce fait un facteur incontournable dans les conflits et le système international. Des fois, pour chercher les causes des conflits, les humains ont tendance à oublier qu’ils sont des êtres matériels et qu’ils ne sont pas tombés du néant. Ils naissent dans un lieu quelconque qui, par leur exigüité même, semble déjà une source de conflit. Aussi faut-il souvent se référer aux dimensions environnementale et culturelle de l’être humain pour mieux comprendre l’origine des conflits et envisager les pistes de solutions de ces derniers.Retour ligne manuel
La résolution d’un conflit suppose, au préalable, la compréhension de ce lui-ci. Et pour y parvenir, il sied de savoir que tout ce qui nous entoure, tout ce que nous pouvons toucher dans notre environnement immédiat constitue un élément de plus pour donner sens à notre existence. Cela est suffisant pour expliquer les interactions qui existent entre les choses et les humains. De là, on comprend davantage les notions du matérialisme culturel qui nous apprend que la pensée influe sur les objets que l’homme se fabrique afin de s’adapter à son environnement. De même pour le système international qui influe sur le système national (africain) et qui pourrait contribuer à la compréhension des comportements des acteurs nationaux et internationaux. La compréhension des relations et interactions qui existent entre la nature et l’être humain relève du domaine écologique qu’il sied d’aborder afin de trouver des pistes de solution aux conflits et calamités que traversent l’Afrique et les Africains dans leurs différentes transactions avec eux-mêmes, avec leurs semblables et leur environnement. Retour ligne manuel
En matière de gestion des conflits, les experts renseignent que la vie humaine est dynamique, constamment en lutte pour l’espace vital. C’est ainsi qu’on peut comprendre que le conflit surgit toutes les fois que l’être humain se trouve en face de l’autre qui convoite le même espace vital que lui, lorsqu’il n’est plus le seul à rechercher l’espace vital. Dans ce contexte, rien d’étonnant que les conflits éclatent entre les humains, lorsque ces derniers ont atteint ce que les spécialistes qualifient de « carrying capacity », c’est-à-dire la capacité de supporter, la limite supérieure des êtres et des organismes dans un environnement donné.Retour ligne manuel
Les conflits étant généralement causés par la différence, la proximité, etc. ils sont inhérents à la vie humaine, ils naissent dans les individus et entre les individus. Toutefois, il faut admettre que les conflits ne sont pas que destructifs, ils peuvent aussi être constructifs en ce sens qu’ils ne constituent pas seulement des obstacles mais aussi des opportunités. Cela est d’autant pertinent que certains mécanismes de gestion des conflits, en Afrique et ailleurs dans le monde, ont souvent accouché d’un processus d’une paix durable. Retour ligne manuel

Service de Communication UCBRetour ligne manuel


Partager avec vos amis sur:

Address
Adresse: adresse bugabo 02, Av. de la Mission, Commune de Kadutu Bukavu RD Congo
Tel : (+243) 993031592, 991585658
Email: info@ucbukavu.ac.cd