Mot de Bienvenue



Mot de Bienvenue

Professeur Paul KADUNDU
Recteur de l'UCB

C’est pour moi une immense joie pour cette prise de parole ce 29 juillet 2017, jour de la célébration de la moisson, par les cérémonies de collation des grades académiques, dans un paysage politique très chancelant, déroutant sur bien des points, et où la crise économique frappe de plein fouet toutes les couches sociales, et plus particulièrement les ménages à faible revenu, dont la plupart des parents, nos principaux bienfaiteurs, font partie.

Le mot de circonstance, je voudrais le prononcer en trois points : d’abord vous adresser nos remerciements, ensuite je ferai le point sur la mise en œuvre de notre plan stratégique qui constitue l’essentiel de mon intervention, la coopération au vu de son importance dans notre budget, soit 35% et enfin, terminer par les défis que pose le monde en mutation à notre institution.

  1. Remerciements

Nos remerciements s’adressent premièrement à Dieu, source de toute sagesse et intelligence, pour ses multiples bienfaits pour nous tout au long de cette année académique.

L’événement de ce jour est un signe de fierté, de joie pour nous tous : Conseil d’Administration, Comité de Direction, Corps académique et scientifique, personnel administratif, technique et de surface, partenaires locaux et étrangers, particulièrement parents et étudiants qui vont aujourd’hui, changer de statut. Nos remerciements à tous les animateurs des principaux organes de gestion de notre université ci-haut cités,  qui jour et nuit, se posent des questions, de bonnes questions et surtout, qui trouvent des réponses qu’il faut pour terminer l’année académique à temps, sans sacrifier l’essentiel de la formation des jeunes à l’hôtel du délai, du temps, cette maladie occidentale qui est en train d’envahir notre civilisation, africaine, je veux dire, si nous en avons encore une d’ailleurs.  Merci à toutes et tous, pour votre confiance, votre professionnalisme, votre patience et surtout pour votre dévouement.

Pas plus tard qu’hier, nous étions encore en pourparlers avec le collège des étudiants pour préciser le sens à donner aux différentes actions, aux divers concours à apporter par eux au développement de notre université.  Car une RDC où chaque geste posé, chaque service sollicité, devient une occasion pour le demandeur du service de se voir saigné par celui qui l’offre, très vite, la formation ou les institutions ad hoc, peuvent également être perçues comme des vaches à lait où s’effrite complétement le sens de la générosité, du don de soi aux autres. Et là, notre université perdrait énormément dans la substance de sa catholicité. Je voudrais dire ici au collège des étudiants toute l’estime du CD pour son sens du dialogue, sa capacité à passer de l’essentiel au superflu, son niveau d’appropriation du projet universitaire, et sa vision qui place l’honneur au-dessus de tout. Le CD vous encourage à aller de l’avant dans cette direction.

Dieu nous a voulus tous ici aujourd’hui, sans notre ami Dorcin MBAVU Mulikuza, de Deuxième Licence Economie rurale, décédé brutalement le dimanche 18 juin 2017 par suite d’un accident de circulation. Au regard de son intelligence et de son dynamisme, il aurait sûrement été présent ici ce jour, vêtu de la même toge comme les autres lauréats de sa promotion. Mais hélas ! Que Dieu Tout-Puissant, le Seigneur de bonté et de miséricorde,  daigne l’accueillir auprès de lui, ainsi que tous les membres des familles tant du personnel que des étudiants de l’UCB, qui ont quitté cette Terre au cours de cette année universitaire.

Nous nous réjouissons également ce jour pour l’esprit de solidarité qui est en train de produire des fruits dans notre université, y compris même chez les étudiants. J’en voudrais pour exemple la classe de L2 Info qui, voyant leur camarade en difficultés pour régler les frais de scolarité, se sont mutuellement sensibilisés, pour réunir une somme d’environ 500 dollars qu’ils ont versée à nos services de finance. Chers étudiants, l’Université vous remercie pour ce geste envers votre condisciple et apprécierait que ce genre d’actions se multiplient, se propagent chez nous tous.

Je ne pourrai pas passer sous silence, la décision prise par le Conseil d’Administration, de demander à tous les administrateurs d’être des ambassadeurs de l’université par des actes, en versant chacun personnellement, chaque année, une somme de 500 dollars au moins, comme soutien appui à l’université dans sa triple mission de former, de faire de la recherche et de rendre service à la communauté.

Notre gratitude envers tous nos partenaires locaux et étrangers pour leur soutien de toujours : le VLIR/UOS, les banques (BCDC et BOA), la Société Kotecha qui prend en charge depuis quelques années quelques étudiants méritants et démunis, Monsieur Joël Bombile des Etats-Unis qui travaille pour la même cause, nos amis d’Etu-Kivu qui nous a également versé cette année la somme pour la prise en charge de 9 étudiants, conformément à notre règlement du service social.

  1. De la mise en œuvre du plan stratégique.

L’objectif stratégique de notre plan consiste à atteindre la visibilité de l’Université Catholique de Bukavu dans les 100 meilleures universités africaines à l’horizon 2019, c’est-à-dire dans moins deux ans. Notons que nous sommes restés stationnaires dans le classement des universités, et au niveau national où nous gardons toujours la même place, derrière les universités de Lubumbashi, de Kinshasa et de l’université catholique du Congo ; nous sommes nous aussi plusieurs universités publiques qui bénéficient des salaires de l’Etat, et toutes les universités concurrentes sont en province, à l’est, sont loin, très loin derrière nous.

Mais, le véritable classement pour nous, est fait localement par les consommateurs des ressources humaines qui embauchent les produits de nos diverses institutions de la province. A ce niveau, c’est toujours pour nous un grand signe d’encouragement lorsque nous passons dans les institutions bancaires, au barreau ou dans certains centres médicaux, et que de là, vous entendez les gérants des banques, des entreprises de production comme la Bralima, la Société Kotecha, ou d’autres déclarer :

« Vos étudiants sont bien formés », nous l’avons entendu récemment de la Bralima, après un test d’embauche où les quatre meilleurs provenaient de notre faculté de sciences économiques et de gestion. Une avocate déclarait également : « Ma mère avait demandé au médecin qui devait le soigner ; après avoir appris lui avoir demandé où il avait étudié, elle lui répondit : « Mon fils, si vous n’avez pas étudié à l’UCB, je n’aimerais pas que vous puissiez me toucher »

C’est en partant de ce constat que nous avions dans notre planification stratégique, retenu cinq piliers dont l’enseignement et l’apprentissage; la recherche et le consulting; l’amélioration des conditions du personnel; la gouvernance et les infrastructures. Toutes nos interventions s’inscrivent donc dans ce schéma. L’audit institutionnel commandité par l’Association des Universités Catholiques d’Afrique et de Madagascar (ASUNICAM), avait, en 2008, pointé du doigt deux faiblesses majeures à l’Université Catholique de Bukavu, à savoir l’insuffisance et la vétusté des infrastructures, ainsi que les années élastiques. Cette dernière faiblesse appartient désormais au passé ; quant à la deuxième, elle constitue l’objet d’efforts permanents dans la mesure où notre université est en croissance, ainsi que je vais le relever dans les défis.

II.1. Des infrastructures.

Néanmoins, nous sommes heureux que  la construction du Guest-house de l’Université Catholique de Bukavu sur l’avenue du Gouverneur soit actuellement achevée ; elle nous permettra ainsi d’offrir aux enseignants visiteurs un cadre de travail décent, notre charroi actuel d’une dizaine des véhicule est régulièrement entretenu, y compris les quatre bus, qui allègent les souffrances des jeunes qui poursuivent les études sur ce site. De même, nous pouvons constater que le site de Bugabo qui héberge le gros de notre administration et les enseignements de troisième cycle, est plus présentable qu’il y a une année. Et même, les bâtiments des classes des premières années sur le site de Karhale.

Tout ceci, grâce aux efforts de tous, à l’esprit d’abnégation, car si cet argent avait été affecté aux salaires du personnel, nous ne serions pas dans des difficultés que nous connaissons aujourd’hui. Mais, nous resterions dans la crasse et nos hôtes, devenus, nombreux, ne nous prendraient pas au sérieux.

Le reste des travaux du Guest house, l’assainissement des sites de Bugabo et de Karhale, ainsi que l’achat des quatre bus pour le transport des étudiants, nous ont coûté une bagatelle somme de 323 000 dollars, dont le crédit bancaire de 268 000 pour les bus, 30 000 pour l’assainissement et 35 000 pour les travaux d’achèvement du guest-house.

II.2 De l’amélioration de la gouvernance universitaire à l’UCB

Des efforts se poursuivent pour rendre plus rationnelle la gestion de notre Alma mater. C’est ainsi qu’au cours de cette année académique, certaines normes ont été mises en place et des réalisations ont été enregistrées pour atteindre certains de nos  objectifs. Il s’agit notamment de :

  • La signature d’une convention avec l’Hôpital Provincial Général de référence de Bukavu pour, entre autres, la prise en charge des soins médicaux du personnel, la réglementation des sorties du personnel médical et enseignant, la permanence des médecins à l’HPGRB pour une prise en charge convenable des patients et le suivi des étudiants stagiaires, 
  • La régularisation du dossier d’arriérés des congés des membres du personnel administratif, technique et de surface, arriérées liées aux années élastiques enregistrées sur plus d’une dizaine d’années du fait des conflits armés;
  • La révision, quoique provisoire, du barème salarial ;
  • L’engagement des Assistants à temps partiel pour alléger la tâche aux enseignants permanents dans le suivi des TP et des TFC, ainsi que
  • La finalisation de la rédaction des manuels des procédures ;
  • La rédaction des drafts des règlements intérieurs des facultés et du Conseil Académique et Scientifique ;
  • L’apurement de la dette envers la mutuelle de santé ;
  • La mise à disposition des services des finances d’un logiciel de comptabilité « GESTCOMPTA » conçu par les ingénieurs de la Faculté des Sciences de l’UCB aux fins de produire désormais les états financiers de notre gestion.

Ainsi que vous pouvez vous y attendre, ce travail nous coûté cher, une bagatelle somme d’environ 140 000 dollars, sur le budget de l’exercice en cours.

II.3. De l’enseignement et l’apprentissage, comme second pilier ; 37 709$ ont été alloués à l’amélioration de la qualité de l’enseignement et l’apprentissage. Il s’agit du montant alloué aux Facultés pour leur fonctionnement et pour l’acquisition des matériels didactiques modernes dans tous les cycles.

 

II.4. De la recherche scientifique, le budget 2017 avait  prévu spécialement un montant de 15000$ sur fonds propres pour la promotion de la recherche, en plus des fonds récoltés dans la coopération qui s’élève à environ 700 000 dollars, soit 34% de notre budget, consacrés à la recherche scientifique et à la relève académique. En effet, la philosophie à la base de cette affectation consiste à montrer notre sensibilité au fait que la recherche, comme deuxième mission de l’université doit progressivement s’ancrer dans nos représentations à travers cette affectation qui provient de nos propres ressources.

II.5. Du pilier portant sur le renforcement des capacités, 0,41% du budget, soit 14000$ avaient été prévus.

  1. La visibilité de l’Université Catholique de Bukavu en termes de coopération.

Par définition, l’université est un espace ouvert au monde. Ce dernier temps, l’internationalisation du système d’enseignement est devenue incontournable depuis les réformes de Bologne au travers du LMD dont l’objet est de permettre entre autres la mobilité des étudiants et des enseignants. Mais, cette réforme est symptomatique d’une idéologie néo-libérale, gouvernée fondamentalement par la compétitivité des entreprises, à la recherche des ressources humaines les plus à même de garantir le succès de l’entreprise par l’augmentation de la valeur ajoutée et une plus grande souplesse pour faire à l’incertitude que présente un contexte de plus en plus complexe. Notre université n’est pas à l’abri de cette situation. Elle est située en RDC que nous connaissons, mais elle doit faire face à ces contraintes de contexte, en dépit de ses difficultés financières et institutionnelles.

 

Que faisons-nous concrètement pour ne pas disparaitre ? Nous nous faisons visiter par ceux qui sont puissants, et nous faisons également inviter. Nous essayons de mettre en avant les atouts que le monde universitaire actuel range parmi les critères de sélection d’une université viable, à savoir la non-discrimination de sexe, de confession religieuse, d’ethnie ; en somme, nous travaillons particulièrement à la promotion de l’égalité de chance. Pauvre, estropié, esquimaux, grec ou autres, vous pouvez tenter votre chance à l’UCB, en fonction de vos capacités intellectuelles et de votre honnêteté. Nous nouons aussi des relations.

 

  1. Des missions reçues
  • Du 05 au 02 novembre 2016 une mission d’évaluation finale du projet PRC-GAB (Centre d’Excellence UCB) a séjourné à Bukavu. Celle-ci a été conduite par Monsieur Klans de la Banque Mondiale et accompagnée par la coordination du projet PRC-GAP.

L’UCB peut se réjouir de la note « Excellente » lui confiée par la Banque Mondiale pour l’exécution de ce projet ;

 

  • Du 20 au 26 février 2017, l’UCB a reçu la visite du Recteur et du Vice-Recteur à la coopération de l’Université d’Abomey-Calavi (Bénin). Une convention de collaboration entre l’Université Catholique de Bukavu et l’Université d’Abomey-Calavi a été signée à cette occasion. Nous pouvons aujourd’hui être fiers de ce qu’aucun de nos enseignants désireux de poursuivre sa formation en master ou doctorale, ne puisse manquer une université où il puisse le faire quelle que soit la discipline souhaitée.

 

Du 09 au 12 mars 2017, l’UCB a reçu la visite du Professeur Wim Deferme de l’Université de Hasselt. L’objectif de cette visite a été l’étude de faisabilité de l’ouverture de la Faculté d’Architecture et urbanisme à l’UCB. Un résultat à ce niveau est que nous lancerons dès la semaine prochaine un appel à candidature pour bourse de master complémentaire en génie civil ou en architecture à Hasselt, une université flamande belge, en vue de la préparation des professeurs pour notre faculté d’architecture et urbanismes en construction.

  • Une convention de soutien pour l’accompagnement de la finalisation des maquettes pédagogiques du Master en Sciences agricoles, Agroalimentaires et Nutrition a été signée au cours de ce mois de juillet 2017 entre l’UCB et l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF).
  1. Des missions effectuées par les membres du Comité de Direction :
  • Une délégation de l’UCB constituée du recteur, du vice-recteur et du doyen de la faculté de sciences a séjourné à la KU Leuven, avec l’appui du VLIR, de la KU Leuven et de l’Université de Hasselt, pour examiner les modalités de la coopération entre les différentes partenaires flamands après la coopération universitaire institutionnelle avec le VLIR, notre partenaire principal en ces jours.

 

A cette occasion, une demande officielle de coopération a été remise au recteur de la KU Leuven qui doit en cours d’examen en ces jours. L’autre point fort de cette mission est la soumission au VLIR d’un projet de définitions des enseignements dans le domaine architectural et urbanistique approprié au contexte de la ville de Bukavu, avec la faculté d’architecture de la KU Leuven.

 

  • Le Recteur a effectué successivement une mission à Marrakech au Maroc ainsi qu’à Lubumbashi pour les 17e et 4e Assemblées Générales de l’AUF et de l’Association des Universités et Instituts Supérieurs Catholiques au Congo (ASSUNICACO), du 09 au 18 mai 2017.

A l’issue de ces Assemblées générales, l’UCB a décidé de tout faire pour rendre rapidement opérationnel le Service de l’Assurance qualité dont l’activité principale actuelle consiste dans l’évaluation des enseignants par les étudiants. Il a été retenu que la 5ème AG de ce réseau se tiendra ici à Bukavu, du 16 au 17 avril 2017.

 

Nous avons également retenu de ces assises que l’employabilité est désormais au coeur du système éducatif et pose l’impératif de la révision du programme et des méthodes d’enseignement afin de situer l’étudiant au centre de sa formation. L’apprenant, au centre de la formation, est désormais compris comme un acteur et l’enseignant comme un facilitateur. De ces assemblées générales, nous avons retenu que la qualité doit toucher à la fois la formation, la recherche et la gouvernance.

 

  • Le Recteur et le Vice-Recteur ont participé du 20 au 21 juillet 2017 à une conférence internationale sur le rôle de la recherche-développement dans les universités africaines à l’Université du Burundi, dans la réalisation des objectifs de Développement durable ainsi qu’au lancement de l’école doctorale de cette université. En marge de cette participation, l’UCB a signé une convention de partenariat avec l’Université du Burundi qui impose désormais une rigoureuse planification de consommation des RH dans une approche institutionnelle.

Ceci veut dire qu’au début de chaque année académique, chaque conseil facultaire se réunit et fait émerger ses besoins en RH qu’il transmet au Comité de Direction qui le transmet aussi aux universités partenaires, conformément au programme de semestrialisation dans chacune de ces universités.

  1. Des défis et des perspectives

Excellence Monsieur le Gouverneur de la Province du Sud-Kivu, ou son représentant ;

Excellence Monseigneur l’Archevêque de Bukavu, Grand Chancelier et Président du Conseil d’Administration de l’Université Catholique de Bukavu ;

Mesdames, Messieurs les Députés et Ministres provinciaux ;

Distingués invités en vos titres et qualités respectifs ;

Chers Parents ;

L’UCB se heurte encore à de multiples défis et contraintes auxquels elle doit faire face dans son management quotidien

  • Le transport des étudiants pose encore d’énormes difficultés au regard de l’état de la dégradation avancée de la route nationale Bukavu-Kavumu et de l’impraticabilité du tronçon routier de 4km entre Amsar et Kalambo. Il faut dire que le nombre des bus est toujours insuffisant pour arriver à déplacer plus de 1500 étudiants de Bukavu à Kalambo, surtout lorsque les bus des entrepreneurs privés, ne sont pas disponibles dans la soirée à cause du mauvais état de la route;

 

  • L’UCB fait face à l’insuffisance des auditoires quand il faut dispenser des enseignements par option ; ce besoin se fera encore ressentir cette année où nous devons ouvrir une nouvelle formation en architecture et urbanisme. Nous avions déjà une pénurie de huit salles de classe cette année si nous avions fonctionné à plein temps.

 

  • Et comme cela a été dit les années passées, le besoin en logement des étudiants et en espaces récréatifs, demeure immense, surtout à Kalambo où nous devons loger un nombre important d’étudiants pour viabiliser le site ;

 

  • Sur le plan sécuritaire, certains de nos étudiants ont été la cible des enlèvements qui ont fait parler d’eux dans la ville ; mais grâce à Dieu ils ont eu la vie sauve. Je voudrais lancer ici un appel interpellateur aux étudiants et aux parents afin de leur demander d’éviter ce genre de cinéma, qui pour forcer un parent radin à lui sortir de l’argent, qui pour, avec la complicité de l’enfant, cherche à soutirer quelques sous aux amis, aux voisins, aux camarades ou même aux autorités politiques. Faisons attention, et ne nous moquons pas de ceux dont les membres de famille ont complétement disparu.

 

  • Le plus gros de soucis demeure la prise en charge de notre personnel dans la mesure où celle-ci continue de reposer uniquement sur les ressources issues des frais de scolarité payés par les parents. A ce sujet, un conseil d’administration interviendra au cours à la date du 7 août prochain afin d’examiner les offres disponibles chez nos partenaires banquiers.

En outre, les pourparlers avec le gouvernement sur les possibles subventions continuent de souffrir des changements successifs des portefeuilles liés aux soubresauts politiques. Mais, nous ne croisons pas les bras et continuons à attendre le moment favorable pour faire aboutir nos diverses requêtes.

Excellence Monseigneur l’Archevêque de Bukavu, Grand Chancelier et Président du Conseil d’Administration de l’Université Catholique de Bukavu ;

Je voudrais de nouveau saluer notre Conseil d’administration pour les décisions courageuses prises en ses dernières assises de procéder à la poursuite de la construction du bâtiment d’architecture et urbanisme, avec l’argent issu de la vente de la concession de l’Université située à la Botte. C’est aussi l’occasion de remercier tous les membres de l’Université pour la mobilisation née de la nouvelle d’une éventuelle vente de cette concession. Il y a eu même des personnes qui, individuellement, ont pris le risque de dénoncer haut et fort ce complot qui était hourdi dans des hauts lieux.

En conclusion, les deux ans qui nous restent seront consacrés à la recherche des solutions durables de la prise en charge du personnel à laquelle il faudra trouver une réponse durable, ainsi que la question des infrastructures. Nous espérons qu’à la fin de notre mandat qui intervient dans deux ans, nous pourrons voir à Kalambo un nouveau bâtiment à la dimension de deux qui y sont déjà érigés, pour rendre le site de plus en plus viable, avec des capacités d’accueil d’un nombre encore plus important de nos jeunes.

Je vous remercie !

 

 

 

 


Admissions

Réseaux sociaux

Address
Adresse: adresse bugabo 02, Av. de la Mission, Commune de Kadutu Bukavu RD Congo
Tel : (+243) 993031592, 991585658
Email: info@ucbukavu.ac.cd